Ouvrir le menu principal

Page:Baudot - Dictionnaire d’hagiographie.djvu/10

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PRÉFACE


Sous le titre de Dictionnaire hagiographique, l’abbé Migne publiait en 1850 deux volumes in-4° qui forment les tomes 40 et 41 de son Encyclopédie théologique. L’ouvrage était dû à la plume de M. l’abbé Pétin, prêtre du diocèse de Saint-Dié, et se présentait comme an complément de la vie des saints : il renfermait un ensemble de huit mille notices rédigées avec concision, intérêt et clarté. C’était un moyen de faire connaitre rapidement l’existence des héros chrétiens dont les noms sont inscrits au livre de vie et d’ajouter des détails à la nomenclature parfois bien maigre des calendriers et des martyrologes. Sans négliger le but d’édification, l’auteur voulut imprimer à toute son œuvre un caractère historique en puisant aux bonnes sources.

Peu d’années après, l’exemple de l’abbé Pétin était suivi en Bavière : en 1858 paraissait à Augsbourg un Dictionnaire ou lexique des saints en cinq volumes in-8° sous ce titre : Vollständiges Heiligen Lexikon ; les auteurs J. Stadler et J. Heim indiquaient parmi leurs source le Dictionnaire hagiographique. Beaucoup de notices, suivies de l’indication M. g. (= Migne), sont en effet empruntées à l’abbé Pétin.

En matière d’hagiographie, où l’Eglise catholique ajoute sans cesse de nouveaux noms à ceux des serviteurs de Dieu qu’elle proclame saints ou bienheureux, les Recueils ont besoin d’être fréquemment renouvelés : aussi doit-on s’étonner que soixante-quinze ans se soient écoulés sans que l’œuvre de l’abbé Pétin ait été rajeunie en notre langue. En Angleterre, deux publications de ce genre viennent de se succéder à quelques années de distance ; ce sont le Book of Saints, des Bénédictins de Ramsgate, London, 1921 ; et le Biographical Dictionary of the Saints, de Mgr F. G. Holweck, London, 1924. Elles sont une excellente mise à jour du Recueil hagiographique et par leur format se rapprochent davantage de l’idéal d’un Dictionnaire.

On aurait pu se contenter d’en donner une traduction, si les rédacteurs ne s’étaient pas proposé de satisfaire avant tout le public anglais, et s’ils n’étaient pas, comme la publication allemande signalée plus haut, tributaires dans une certaine mesure de notre Pétin qu’il abrègent. Il m’a donc semblé préférable de résumer un ouvrage écrit en notre langue, d’y ajouter les nouveaux saints et bienheureux proclamés durant les dernières années, et de donner une attention spéciale à ceux qui intéressent le lecteur français.

Au souci de ramener les deux in-4° de l’Encyclopédie théologique de Migne à un seul volume in-4° de six cents pages environ s’est ajoutée la préoccupation de donner une nouvelle forme très abrégée aux notices de l’abbé Pétin : il a fallu mettre en évidence les saints dont les noms figurent au martyrologe romain, grouper ensemble, comme dans le martyrologe, les martyrs sur lesquels il n’y avait aucun détail spécial à relever ; donner le latin des noms quand ce latin s’écarte notablement du français ; ajouter les variantes souvent considérables que ces noms ont reçues dans notre langue ; faire suivre enfin la plupart des notices d’indications bibliographiques sommaires. Pour ces dernières j’ai dû recourir à tout un système d’abréviations dont on trouvera la clef dans le tableau d’ensemble de la Bibliographie qui fait suite à la préface. C’est pour ménager l’espace que je m’abstiens de renvoyer aux Acta Sanctorum des Bollandistes, mais il est bien entendu que le lecteur s’y reportera sans peine, s’il le désire, à l’aide de la date placée en face de chaque nom.

Au sujet de cette date, je doit faire ici une double observation : 1° la date, que j’indique, m’a servi de base pour mettre en ordre les saints qui portent le même nom ;