Page:Baudelaire - Petits poèmes en prose 1868.djvu/233

Cette page a été validée par deux contributeurs.



UN


MANGEUR D’OPIUM