Ouvrir le menu principal

Page:Baudelaire - L'Art romantique 1869.djvu/422

Cette page a été validée par deux contributeurs.


héros tardif, derrière Frédéric Soulié et Eugène Sue. Mais les facultés si riches de l’auteur des Mystères de Londres et du Bossu, non plus que celles de tant d’esprits hors ligne, n’ont pas pu accomplir le léger et soudain miracle de cette pauvre petite provinciale adultère, dont toute l’histoire, sans imbroglio, se compose de tristesses, de dégoûts, de soupirs et de quelques pâmoisons fébriles arrachés à une vie barrée par le suicide.

Que ces écrivains, les uns tournés à la Dickens, les autres moulés à la Byron ou à la Bulwer, trop bien doués peut-être, trop méprisants, n’aient pas su, comme un simple Paul de Kock, forcer le seuil branlant de la Popularité, la seule des impudiques qui demande à être violée, ce n’est pas moi qui leur en ferai un crime, — non plus d’ailleurs qu’un éloge ; de même je ne sais aucun gré à M. Gustave Flaubert d’avoir obtenu du premier coup ce que d’autres cherchent toute leur vie. Tout au plus y verrai-je un symptôme surérogatoire de puissance, et chercherai-je à définir les raisons qui ont fait mouvoir l’esprit de l’auteur dans un sens plutôt que dans un autre.

Mais j’ai dit aussi que cette situation du nouveau venu était mauvaise ; hélas ! pour une raison lugubrement simple. Depuis plusieurs années, la part d’intérêt que le public accorde aux choses spirituelles était singulièrement diminuée ; son budget d’enthousiasme allait se rétrécissant toujours. Les dernières années de Louis-Philippe avaient vu les dernières explosions d’un