Ouvrir le menu principal

Page:Baudelaire - L'Art romantique 1869.djvu/405

Cette page a été validée par deux contributeurs.





XVI

CRITIQUES LITTÉRAIRES






I

LES MISÉRABLES

PAR VICTOR HUGO

I

Il y a quelques mois, j’écrivais, à propos du grand poëte, le plus vigoureux et le plus populaire de la France, les lignes suivantes, qui devaient trouver, en un espace de temps très-bref, une application plus évidente encore que les Contemplations et la Légende des siècles :

« Ce serait, sans doute, ici le cas, si l’espace le permettait, d’analyser l’atmosphère morale qui plane et circule dans ses poëmes, laquelle participe très-sensiblement du tempérament propre de l’auteur. Elle me paraît porter un caractère très-manifeste d’amour égal pour ce qui est très-fort comme pour ce qui est très-