Ouvrir le menu principal

Page:Baudelaire - L'Art romantique 1869.djvu/129

Cette page a été validée par deux contributeurs.


preuve d’indépendance. Que des hommes d’un talent mûr et profond (M. Legros, M. Manet, M. Yonkind, par exemple), fassent au public confidence de leurs esquisses et de leurs croquis gravés, c’est fort bien, ils en ont le droit. Mais la foule des imitateurs peut devenir trop nombreuse, et il faut craindre d’exciter les dédains, légitimes alors, du public pour un genre si charmant, qui a déjà le tort d’être loin de sa portée. En somme, il ne faut pas oublier que l’eau-forte est un art profond et dangereux, plein de traîtrises, et qui dévoile les défauts d’un esprit aussi clairement que ses qualités. Et, comme tout grand art, très-compliqué sous sa simplicité apparente, il a besoin d’un long dévouement pour être mené à perfection.

Nous désirons croire que, grâce aux efforts d’artistes aussi intelligents que MM. Seymour-Haden, Manet, Legros, Bracquemond, Yonkind, Méryon, Millet, Daubigny, Saint-Marcel, Jacquemart, et d’autres dont je n’ai pas la liste sous les yeux, l’eau-forte retrouvera sa vitalité ancienne ; mais n’espérons pas, quoi qu’on en dise, qu’elle obtienne autant de faveur qu’à Londres, aux beaux temps de l’Etching-Club, quand les ladies elles-mêmes faisaient vanité de promener une pointe inexpérimentée sur le vernis. Engouement britannique, fureur passagère, qui serait plutôt de mauvais augure.

Tout récemment, un jeune artiste américain, M. Whistler, exposait à la galerie Martinet une série d’eaux-fortes, subtiles, éveillées comme l’improvisation et l’inspiration, représentant les bords de la Tamise ;