Page:Baudelaire - Œuvres posthumes 1908.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LA PROPRETÉ DES DEMOISELLES BELGES


Elle puait comme une fleur moisie.
Moi, je lui dis (mais avec courtoisie) :
« Vous devriez prendre un bain régulier
Pour dissiper ce parfum de bélier. »

Que me répond cette jeune hébétée ?
« Je ne suis pas, moi, de vous dégoûtée ! »
— Ici pourtant on lave le trottoir
Et le parquet avec un savon noir.


UNE EAU SALUTAIRE


Joseph Delorme a découvert
Un vaisseau [1] si clair et si vert
Qu’il donne aux malheureux l’envie
D’y terminer leur triste vie.

— Je sais un moyen de guérir
De cette passion malsaine.
Ceux qui veulent ainsi périr
Menez-les au bord de la Senne.


UN NOM DE BON AUGURE


Sur la porte je lus : « Lise Van Swieten ».
(C’était dans un quartier qui n’est pas un Éden.
— Heureux l’époux, heureux l’amant qui la possède,

  1. C’est évidemment ruisseau qu’il faut lire.