Page:Baudelaire - Œuvres posthumes 1908.djvu/49

Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’amoureux répond : Ô ma brune,
      Toujours ! toujours !

Quand tout sommeille aux alentours,
Hortense, se tortillant d’aise,
Dit qu’elle veut que je lui plaise
      Toujours ! toujours !


Moi, je dis, pour charmer mes jours
Et le souvenir de mes peines :
Bouteilles, que n’êtes-vous pleines
      Toujours ! toujours !


Car le plus chaste des amours,
Le galant le plus intrépide,
Comme un flacon s’use et se vide
      Toujours ! toujours !

[1848.]


VERS LAISSÉS CHEZ UN AMI ABSENT [1]

[Sur l’enveloppe :]


Monsieur Auguste Malassis,
Rue de Mercélis,
Numéro trente-cinq bis,
Dans le faubourg d’Ixelles,
Bruxelles.
(Recommandé à l’Arioste
De la poste.
C’est à dire à quelque facteur
Versificateur.)
  1. Lettre et enveloppe communiquées à l’éditeur du Tombeau, op. cit.,' par M. Deman.
        Les deux premières strophes de cette fantaisie rimée avaient déjà été publiées par la Petite Revue du 29 avril 1865, avec des commentaires, dans l’article intitulé : M. Baudelaire, poète de circonstance.