Page:Baudelaire - Œuvres posthumes 1908.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Souple et frisée, et qui t’égale en épaisseur,
      Nuit sans étoiles, Nuit obscure ! »


LE MONSTRE
OU
LE PARANYMPHE D’UNE NYMPHE MACABRE


I


Tu n’es certes pas, ma très-chère,
Ce que Veuillot nomme un tendron.
Le jeu, l’amour, la bonne chère,
Bouillonnent en toi, vieux chaudron !
Tu n’es plus fraîche, ma très-chère,

Ma vieille infante ! Et cependant
Tes caravanes insensées
T’ont donné ce lustre abondant
Des choses qui sont très-usées,
Mais qui séduisent cependant.

Je ne trouve pas monotone
La verdeur de tes quarante ans ;
Je préfère tes fruits, Automne,
Aux fleurs banales du Printemps !
Non ! tu n’es jamais monotone !

Ta carcasse a des agréments
Et des grâces particulières ;
Je trouve d’étranges piments
Dans le creux de tes deux salières ;
Ta carcasse a des agréments !

Nargue des amants ridicules
Du melon et du giraumont !