Page:Baudelaire - Œuvres posthumes 1908.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





TRAVAUX SUR EDGAR POE


EDGAR ALLAN POE, SA VIE ET SES OUVRAGES [1]


I

Il y a des destinées fatales ; il existe dans la littérature de chaque pays des hommes qui portent le mot guignon écrit en caractères mystérieux dans les plis sinueux de leurs fronts. Il y a quelque temps, on amenait devant les tribunaux un malheureux qui avait sur le front un tatouage singulier : pas de chance. Il portait ainsi partout avec lui l’étiquette de sa vie, comme un livre son titre, et l’interrogatoire prouva que son existence s’était conformée à son écriteau. Dans l’histoire littéraire, il y a des fortunes analogues. On dirait que l’Ange aveugle de l’expiation s’est emparé de certains hommes, et les fouette à tour de bras pour l’édification des autres. Cependant, vous parcourez attentivement leur vie, et vous leur trouvez des talents, des vertus, de la grâce. La société les frappe d’un

  1. Revue de Paris, mars et avril 1852. Les notes auxquelles nous renvoyons par un astérisque sont de Baudelaire.