Page:Baudelaire - Œuvres posthumes 1908.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





CRITIQUE LITTÉRAIRE
Articles parus dans « le Corsaire-Satan »


LES CONTES NORMANDS ET HISTORIETTES BAGUENAUDIÈRES

PAR JEAN DE FALAISE [1]


Les amateurs curieux de la vraie littérature liront ces deux modestes petits volumes avec le plus vif intérêt. L’auteur est un de ces hommes, trop rares aujourd’hui, qui se sont de bonne heure familiarisés avec toutes les ruses du style. — Les locutions particulières dont le premier de ces volumes abonde, ces phrases bizarres, souvent patoisées de façons de dire hardies et pittoresques, sont une grâce nouvelle et un peu hasardée, mais dont l’auteur a usé avec une merveilleuse habileté.

Ce qui fait le mérite particulier des Contes normands, c’est une naïveté d’impressions toute fraîche, un amour sincère de la nature et un épicuréisme d’honnête homme. Pendant que tous les auteurs s’attachent aujourd’hui à se faire un tem-

  1. Mardi, 4 novembre i845, sans signature… Jean de Falaise, pseudonyme du Mis de Chennevières.