Page:Baude, Fragments d'histoire ou Hier et aujourd'hui à la faveur d'une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France, Imprimerie officielle Fort-de-France, 1940.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beaucoup ont connu, qui, du seul bras dont il disposait, tirait inlassablement sur la corde pour faire passer son rustique et lourd véhicule d’une rive à l’autre de la rivière Levassor, moyennant un modique péage de deux sous par passager, d’un sou même et souvent pour un simple merci.

Un arrêté du 15 juillet 1840 avait autorisé la municipalité de Fort Royal à établir ce bac.

C’est dans la rivière Levassor que, par une belle journée de dimanche, Gilbert Canque, l’inventeur de l’hélice, fit ses essais : au grand étonnement de la population, son embarcation put remonter le cours sans le secours des rames.

Mais c’est un ami de Canque, Frédéric Sauvage, qui prit le brevet d’invention, le 28 mai 1832[1]

Emmanuel Lagrange dit, dans une lettre à Napoléon III : « L’illustre inventeur de l’hélice, Gilbert Canque, mon compatriote, est mort dans la misère et l’espérance de sa gloire est morte avec lui[2] ».

LA ROUTE DE DIDIER


Du nom de M. Alphonse Didier, ancien maire de Fort-de-France et fondateur de l’Établissement thermal qui porte son nom et auquel aboutit cette route. Elle a été frayée à cause de la canalisation faite par le Gouverneur de Gueydon des eaux de la rivière Case-Navire qui alimentent la ville.

L’on a ensuite capté les eaux de la rivière « Duclos » qui rejoignent par un tunnel celles de la rivière Case-Navire.

Sur quatre kilomètres cette route est bordée de gracieuses villas aux parterres fleuris que séparent et que bordent des haies d’hibiscus aux teintes variées. On y voit le château d’eau, l’évêché, la première usine électrique créée par M. Paul Porry, les résidences du Gouverneur, de l’Amiral et du Secrétaire général. C’est un quartier coquet et riche.

La croix qu’on y a placée remonte à 1913, année du Jubilé accordé pour le centenaire de Constantin.

  1. Journal le Propagateur, 14 mai 1870.
  2. Histoire de la Marine française édictée par Ch. de la Roncière, page 260.