Page:Baude, Fragments d'histoire ou Hier et aujourd'hui à la faveur d'une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France, Imprimerie officielle Fort-de-France, 1940.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


4° Le monument élevé à la mémoire des 38 naufragés de « La Ville de Saint-Nazaire » du 8 mars 1897 et rappelant leurs noms ;

5° La tombe assez ancienne du comte Cacqueray Valmenier, ancien procureur général à la Martinique.

Le 8 avril 1826, une commission reconnut que ce cimetière devait être éloigné de la ville et placé hors de la vue de l’hôpital, pour que les malades n’eussent plus le cimetière sous les yeux et qu’on éloignât de l’établissement une cause puissante d’insalubrité. Un terrain fut désigné qui faisait partie aussi de l’habitation Sainville[1].

C’est pourquoi un arrêté du 2 juin 1853 décidait le transfert du cimetière du chef-lieu dans une partie du terrain appartenant à la commune d’une superficie de 91 ares, 80 centiares, sur la rive droite de la rivière Levassor[2].

Le cimetière du Trabaud occupe ce terrain, mais le cimetière de la Levée existe encore, et c’est l’hôpital qui en a été éloigné. Sa superficie a même été doublée, eu égard à l’accroissement considérable de la population et en vertu d’une autorisation du gouverneur[3] accordée par arrêté du 22 janvier 1926.

Il a fallu agrandir aussi le cimetière du Trabaud (arrêté du 23 novembre 1921) et en créer d’autres à Balata, sur une partie du terrain de la mense épiscopale, à la Redoute sur un terrain dépendant de l’ancienne habitation Moulin à Vent (arrêté du 21 janvier 1923), au quartier Sainte-Thérèse (arrêté du 28 décembre 1918).

Il est à remarquer que ces nouveaux centres d’inhumation ont été la conséquence de l’augmentation de la population et de la création de nouvelles paroisses qui ont décongestionné celle de Fort-de-France.

À l’angle de l’ancien hôpital et du Vieux Chemin, en face du cimetière, l’annexe dermatologique de l’Institut d’hygiène (Service de prophylaxie).

  1. Archives ministère colonies. Projet de Tessier du 20 mai 1827, n° 734.
  2. B. O. M. 1853, page 232
  3. B. O. M. 1926, page 47.