Page:Baude, Fragments d'histoire ou Hier et aujourd'hui à la faveur d'une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France, Imprimerie officielle Fort-de-France, 1940.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RUE ERNEST-RENAN


Fut d’abord la rue du Fossé. Elle est indiquée dans un plan de la Ville et de la Citadelle du Fort Royal, ni daté, ni signé, et qui parait remonter à 1719[1].

Son ancien nom lui avait été donné à cause d’un canal ou fossé qui s’y trouvait et qui figure sur un plan de 1726[2]. Elle a remplacé le fossé d’assèchement qui servait à l’écoulement des eaux et qui a été comblé.

C’est là que s’arrêtait naguère la Ville[3].


RUE LAMARTINE


Anciennement rue Sainte-Catherine.

À l’un des angles de cette rue, n° 39, et de la rue Isambert a été, en 1817 une maison dite « le Conseil » parce que, pendant une période qui se place entre 1817 et 1830, le Conseil Souverain, devenu Cour Royale en 1819, l’a occupé. C’est sous le nom de « la maison du Conseil » qu’elle a été désignée lors de la vente qui en avait été annoncée pour le 6 mai 1837. Elle a appartenu à un des membres de l’ancienne compagnie et c’est là que s’est établi plus tard le petit collège dont les pères du Saint-Esprit ont eu la Direction en 1863 et qui a été transféré en 1869 sur le Morne Fabre. La pharmacie Monnerville occupe maintenant cet emplacement.

Au n° 28, la Banque de la Martinique, banque d’émission privilégiée, au capital de 3,000,000 de francs constituée par la loi du 11 juillet 1851.

Au n° 14, entre la rue Lamartine et la rue Ernest Renan le Couvent des sœurs de Saint-Joseph de Cluny, fondé en

  1. Arch. min. Col. n° 118.
  2. Arch. min. Col. n° 140.
  3. Arch. min. Col. n° 92. Plan du 15 mars 1700.