Page:Baude, Fragments d'histoire ou Hier et aujourd'hui à la faveur d'une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France, Imprimerie officielle Fort-de-France, 1940.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

d’acclimater et avec succès les principaux arbres fruitiers. Ce jardin est mentionné dans le « projet de la ville à construire au cul de sac de la Martinique », du 15 décembre 1681.

Une ordonnance des Général et Intendant de la Martinique du 30 Juin 1771 prescrivit aux pécheurs des Anses-d’Arlets et des Trois-Îlets de porter leurs poissons « à la Savanne au bout de la Grande rue Royale[1] ».

D’après un plan de 1774, que M. Raymon Danger a consulté à la Bibliothèque Nationale, la mer limitait alors cette place environ à la hauteur de la Rue Victor Hugo[2].

C’est la même constatation qu’on peut faire sur plusieurs plans du Fort-Royal des années 1767, 1769, 1775, 1783, 1784 et 1808 qui sont au Ministère des Colonies et dont le Musée de la Martinique possède des reproductions photographiques[3].

Mais la Savane a gagné peu à peu sur la mer ainsi qu’il est indiqué dans un plan de 1855 où l’on voit qu’une seconde double rangée d’arbres a pu être plantée parallèlement à la première, en « bordure de la mer » entre une autre rangée et le rivage.

Le 31 décembre 1911, « Les Amis des Arbres » ont créé une nouvelle allée, à laquelle ils ont donné le nom de Christophe Colomb. Quelques-uns des 56 zamanas plantés par le gouverneur Fernand Foureau et par les enfants des écoles, en ce jour de la fête de l’arbre, subsistent encore, el c’est sous leur ombrage que se font en partie les évolutions des sportmen[4].

La partie « comprise entre la grande allée de la Savane, la rue de la Liberté et le rivage de la mer » a reçu le nom de Place Vaillant, du nom d’un ancien gouverneur général des Antilles. Celle mesure, proposée par le conseil muni-

  1. Code de la Martinique, tome 3, page 92.
  2. L’urbanisme à la Martinique, par M. Raymon Danger, pages 6 et 7.
  3. Arch. Min. Col. n° 291, 307, 342 et 343, 379 et 380, 407 et 489.
  4. Bulletin de la Société « Les amis des arbres » et J. O. Martinique 13 janvier 1912, n° 2.