Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


étrange… mais, par grâce, n’ayons pas l’air d’un conseil de famille… Passe-moi cette revue…

(Il prend une brochure et la feuillette.)


Scène IX


Les Mêmes, EDWIGE


EDWIGE, (timide.)

Vous m’avez appelée ?


MADAME BOUGUET.

Oui, nous avons à te parler.


EDWIGE.

Oh ! je ne peux pas vous dire à quel point je suis confuse de ma maladresse… Elle ne se renouvellera plus, Madame…


MADAME BOUGUET.

Mais non, Edwige, cette maladresse n’a qu’une importance très minime et qu’un rapport indirect avec ce que j’ai à te dire… Seulement, nous pensons, mon mari et moi, que te voilà familiarisée avec la vie de Paris, mêlée à tout un groupe d’hommes et de femmes supérieurs qui te feront, dès demain, un noyau de relations… tu es jolie, tu plais… le mot n’est même pas suffisant, tu fais des conquêtes…


EDWIGE, (vivement.)

Oh ! Madame, j’ai trop peur de deviner à quoi vous voulez en venir !


MADAME BOUGUET.

Et à quoi donc ?


EDWIGE.

Vous me jugez incapable, vous désespérez de moi et vous désirez que je vous quitte.