Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BOUGUET.

Du calme, du calme, diable !… Qu’est-ce qui te prend ?… Un conseil, même. Ne nous mêlons pas de ces affaires-là… Il faut laisser les gens se débrouiller eux-mêmes dans leurs histoires sentimentales. Nous deux, nous avons des choses plus sérieuses sur la planche… On s’occupera de ce rapprochement durant les vacances.


MADAME BOUGUET.

Pourquoi pareille échéance ? Mon projet ne te contrarie pas ?


BOUGUET.

Et en quoi veux-tu qu’il me contrarie ?… Nous le discuterons seulement un autre jour. Ce sont des préoccupations subalternes. Viens travailler…

(Il va sortir.)

MADAME BOUGUET.

Laurent !


BOUGUET, (surpris du ton.)

Qu’y a-t-il ?


MADAME BOUGUET.

Promets-moi que tu vas répondre franchement, loyalement, à ma question.


BOUGUET.

Mais oui, mais oui.


MADAME BOUGUET.

Peux-tu t’engager sur l’honneur à y répondre ?…


BOUGUET.

Certainement.


MADAME BOUGUET.

Tes hésitations me forcent à te poser une question, Laurent…