Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/386

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FRÉDÉRIQUE.

Oui… Vous pouvez… À droite n’est-ce pas ?… Une seconde. (Quelques instants encore où elle écoute si le piano n’a pas cessé. Elle se repenche à la fenêtre.) Vous avez bien la clef ? Maintenant, faites vite !… (Elle va à la porte de droite, en montant les quatre marches ; elle l’ouvre toute grande, la lampe à la main. Elle s’avance et éclaire le palier. Elle redescend ensuite, pose la lampe sur la table et l’on voit alors entrer un homme chapeau baissé et le col de pardessus relevé.) Il y a longtemps que vous êtes arrivé ?



Scène V


FRÉDÉRIQUE, BOCQUET


BOCQUET.

Une heure environ !


FRÉDÉRIQUE.

Tout s’est passé comme il fallait ?


BOCQUET.

Tout !… J’ai trouvé l’auto à Morlaix… à l’heure convenue. Merci.


FRÉDÉRIQUE.

Où est-elle ?


BOCQUET.

À deux cents mètres du village, lanternes