Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


encore, quelqu’un va avoir l’obligeance d’aller au laboratoire nous chercher ce qu’il faut.

(Hervé, le préparateur, fait le mouvement de s’y diriger.)

EDWIGE, (le devançant avec empressement.)

J’y vais. Monsieur, j’y vais.


BOUGUET.

Oui, rapportez-moi quelques préparations… J’en ai coloré des lames ce matin. Vous les trouverez sur ma table.


EDWIGE.

Oh ! je les connais bien.

(Elle sort rapidement.)


Scène II


Les Mêmes, moins EDWIGE


MAIRESSE.

Quelle est donc cette petite ? Elle paraît intelligente et pleine d’attentions.


PRAVIELLE.

Pendant le déjeuner, elle n’a dit que deux ou trois choses, mais assez intelligentes.


BOUGUET.

C’est une amie de la maison. Une compatriote de ma femme. Une petite Hongroise que Marcelle a rencontrée, en faisant ses études en Allemagne. Elle est pleine de bonne volonté, en effet. Elle se destinait aux études scientifiques, alors nous l’avons aidée.