Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BOCQUET, (près de la cheminée.)

Madame Ulric, je vous remercie de vos paroles et de votre bienveillance.


MADAME DESROYER.

Un mot. (Elle parle bas à sa fille en l’entraînant à droite.) Prends garde ! Prends garde ! Je me méfie…


FRÉDÉRIQUE, (bas.)

Ils t’ont dit le motif de leur visite ?


MADAME DESROYER.

C’est à toi qu’ils veulent avoir affaire… Ah ! comme tu es pâle !


FRÉDÉRIQUE.

Allez-vous-en, maman. Ce sera bref et net, rassurez-vous.


MADAME DESROYER, (traverse la scène et s’adressant tout haut à Monsieur et Madame Bocquet.)

Je ne retire rien de ce que j’ai dit à l’instant, mais, puisque ma fille veut bien vous entendre, il ne me reste qu’à vous en exprimer… le regret… Je vous salue.

(Petit signe de tête. Elle sort à droite.)


Scène IV


MONSIEUR et MADAME BOCQUET, FRÉDÉRIQUE

(Un silence.)

FRÉDÉRIQUE.

Pourquoi êtes-vous venus ?… Que se passe-t-il ?… (Silence pénible.) Il est en danger ?… Il est…