Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mon père, que la vérité m’est connue depuis à peine une heure !… Vous pensez quel coup et, depuis, par quelles transes je passe !… Il a fallu user de subterfuges pour décider ma mère à s’enfermer ici, chez elle, sous prétexte d’attitude et de dignité, car je redoutais par-dessus tout qu’une indiscrétion, qu’une maladresse échappée à quelqu’un du personnel lui donnât l’éveil. De la sorte, quand il reviendra, car il va revenir sain et sauf, malgré l’heure avancée, maman n’aura plus à s’émouvoir !… Mais, comme il tarde !… Pourvu qu’il ne soit rien arrivé !…


HERNERT.

Vous connaissez le proverbe. Pas de nouvelles…


MADAME BOUGUET, (qui classe son courrier.)

N’est-ce pas que c’est du propre ?


HERNERT, (froissant la brochure et se retournant vers Madame Bouguet.)

Immonde ! Ah ! tout cela est vraiment sans joie et sans beauté. Évidemment, la première conséquence va être le départ de Blondel ?


MADAME BOUGUET.

Bien entendu… Aucun lien officiel ne nous attachait !… Il n’a pas de titre particulier à l’Institut qui est autonome et placé sous la direction unique de mon mari. Je ne l’ai pas revu… mais j’espère bien qu’il aura le tact de ne plus se montrer ici… Il s’est tenu dans son appartement du reste. Quelques formalités à remplir seront indispensables. Je pense recevoir bientôt sa lettre de démission… ou plus exactement son retrait de collaboration… Nous l’attendons d’un moment à l’autre. Et juste quand nous atteignions la dernière marche !… Car il avait collaboré plus intimement encore à la sérothérapie. Il avait de lui-même