Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THYRA, (à la comtesse en enlevant sa blouse.)

Je m’excuse de vous recevoir dans ce costume.


LA COMTESSE.

Je vous apporte le souvenir de notre gracieuse souveraine qui a été très sensible à votre récompense ; dans sa retraite, tous ceux qui ont ennobli et honoré notre patrie la touchent toujours infiniment.


MADEMOISELLE FOREAU.

L’année prochaine, elle aura sa première !


LIGNIÈRES.

Sa première… quoi ?… petite fille ?


MADEMOISELLE FOREAU.

Oh ! non ! sa première médaille !


LA COMTESSE.

Mais, petite fille aussi, je l’espère bien ! N’est-ce pas, nous l’espérons bien !


THYRA, (souriant.)

Mademoiselle Foreau est mon ancienne émule d’atelier.


LA COMTESSE.

Je sais. On me l’a présentée.


THYRA.

Vous connaissez tout le monde d’ailleurs !


LA COMTESSE.

Je crois bien !… Ah ! Monsieur Lignières, comme votre voix nous a charmés l’année dernière sur le Bosphore ! Son Altesse en a gardé un souvenir pathétique. Nous en parlons quelquefois ensemble.