Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PREMIÈRE PARTIE



ACTE PREMIER

Un atelier de goût très moderne arrangé par un décorateur très avancé, auquel on a confié la décoration entière de cet hôtel particulier. Une partie dénudée, sobre, réservée au travail. Dallage de marbre. Dans cette partie, les selles, des ébauches de sculpture, un seau d’eau ; dans l’autre partie, des divans, des meubles d’ébène, des fresques de mosaïque, des vasques de marbre, coupole dorée, — beaucoup d’or et de laque japonaise noire, un aquarium rempli de coraux, des biches pompéiennes en bronze posées sur les dalles, une réduction de la Victoire de Samothrace sur une colonne de porphyre. La verrière de l’atelier, dans la partie du travail, découvre une cour plantée de tilleuls. En face, on aperçoit un autre bâtiment composé d’ateliers. Un grand lévrier noir, à collier blanc, avec, aux pattes, des bracelets d’argent, dort sur un coussin. Un escalier de bois doré, à droite, conduit intérieurement aux appartements de Thyra de Marliew. Dans le fond, la porte, or et blanc, qui conduit aux salons et aux galeries d’entrée. À gauche, la petite porte de l’escalier particulier de l’atelier. Cette petite porte donne sur une antichambre.



Scène PREMIÈRE


MADAME DE MARLIEW, GREEN, puis YORO.

(Madame de Marliew entre ; une femme de chambre arrose avec une lance une sculpture entourée de linges. Elle puise l’eau dans un grand seau et arrose méthodiquement. Madame de Marliew en toilette de réception. Bijoux exubérants.)

MADAME DE MARLIEW.

Qu’est-ce que vous faites là ?