Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/256

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


yeux les êtres qui, à un titre quelconque, ont eu une importance… spéciale… dans ma vie…


CORNEAU.

Mais il me semble que…


THYRA, (vivement.)

Oui… Je possède, pensez-vous, des amis plus proches… c’est vrai, vous n’êtes pas les seuls qui devriez vous trouver ici ce soir, il manque à l’appel cinq ou six personnes, il m’a été impossible de les réunir… mais c’est assez que vous soyez là… J’ai fait venir Osterwood de Londres ; Monsieur Austersen était de passage à Paris… Je désire que vous sachiez, chacun, pourquoi vous avez eu, ne fût-ce qu’un moment, cette part de moi-même ; il était plaisant que je vous en fisse l’aveu… Vous vous taisez ?

(Elle sourit.)

CORNEAU.

Nous sommes flattés…


LEPAGE.

Nous sommes touchés…


OSTERWOOD.

Dirai-je même que nous sommes intimidés…


ARTACHEFF.

Un peu confus…


LEPAGE.

Après un pareil préliminaire, il n’y a plus qu’à attendre.


THYRA.

Mais vous ne voudriez tout de même pas m’entendre vanter vos mérites aux uns et aux autres, à voix haute.