Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/252

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pérées, la lettre à laquelle on ne résiste pas… Vous allez la lui porter, vous me rendrez encore ce dernier service, mon petit Lignières, pauvre compagnon de voyage… et il viendra !


LIGNIÈRES.

Thyra !… Vous vous acharnez sur l’amour, comme vous vous acharniez sur vos sculptures… Et vous êtes ce soir si pâle, et vous toussez affreusement…


THYRA.

Venez vite dans ma chambre.

(Ils se glissent, par une petite porte dans le fond.)


Scène III


OSTERWOOD, CORNEAU, LEPAGE, ARTACHEFF, AUSTERSEN


OSTERWOOD, (se retournant au bruit.)

Notre hôtesse nous quitte.


CORNEAU.

Avec Lignières.


LEPAGE, (redescendant.)

Hum !… Elle a l’air bien inquiet, vous ne trouvez pas ?… Ce va-et-vient de Lignières !… J’ai idée que ce doit être à cause de l’invité mystérieux…


OSTERWOOD.

Le spectre qui va venir… avec un masque de bronze ou de verre !

(Les hommes se rapprochent peu à peu. Allégra a fini de danser dans la galerie.)