Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/245

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ARTACHEFF.

Mais alors, que va devenir ce magnifique hôtel ?


THYRA.

J’ai idée que, dans quelque temps, il sera en location… Hôtel à louer !


CORNEAU.

Lugubre !


THYRA.

On devrait mettre le feu derrière soi en s’en allant…


OSTERWOOD.

Je suis capable de le faire, et en jouant du théorbe !


ARTACHEFF.

Et que va devenir Paris sans vous ! Ça va être du propre !


CORNEAU.

Zut !… je vais m’enterrer à Versailles !…

(Il prend son assiette et va s’asseoir sur les marches.)

THYRA.

Ne boudez pas, Corneau !… Il est bien resté près de trois ans, Paris, sans que j’y fusse mêlée… et il ne s’en porte pas plus mal !


CORNEAU.

Mais, depuis six mois, vous vous étiez rattrapée, on suivait le sillon de votre astre partout ! Et où allez-vous, en somme ?


THYRA.

Je vous l’ai dit… à Marosvar…


ARTACHEFF.

Le monastère de Tolstoï !


OSTERWOOD.

Chut ! Pas ce nom ici… chez des païens !…