Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



OSTERWOOD.

Cette soirée me rappelle surtout les soirées de l’Atalante.


ARTACHEFF.

Ah ! c’est vrai, vous avez vu le yacht, vous !…


ALLÉGRA.

Et Monsieur Austersen aussi, que nous avons rencontré en Égypte… Quant à Monsieur Osterwood, nous l’avons connu en Sicile, avec la princesse Éléonore…


THYRA.

Et puis, six mois après encore, sur une plage de l’Adriatique, mais alors il était tout seul.


LEPAGE.

Qu’est devenue au juste cette reine neurasthénique et fantomale ?


THYRA.

Ne lui en parlez pas… Il en souffre encore.


OSTERWOOD.

La grande âme a fini comme elle devait finir… au monastère… Elle vit au milieu de religieuses dans un couvent italien !


THYRA.

Oh ! comme je pense souvent à elle !


OSTERWOOD.

Et moi je peux dire que mon âme est veuve depuis qu’elle a pris cette décision. De temps en temps elle me donne des nouvelles… L’autre jour, elle m’a écrit qu’en pensant à notre voyage elle a mis un pot de basilic à la fenêtre de sa cellule.


ARTACHEFF.

Et votre yacht l’Atalante ?