Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LIGNIÈRES.

Vous vous trompez.

(On entend un bruit de pas sur les herbes sèches. Philippe, la casquette de yachtman sous le bras, une cigarette aux lèvres, apparaît. Thyra ne peut réprimer une expression de joie.)


Scène VII


Les Mêmes, PHILIPPE


PHILIPPE.

Oh ! ne vous dérangez pas, je vous en prie ! Je n’ai nullement l’intention de troubler ce rendez-vous.


LIGNIÈRES.

Mais, Monsieur, il n’y a pas, croyez-le, de rendez-vous suspect…


PHILIPPE, (élégant et dédaigneux.)

Je vous en prie !… Si je suis revenu, c’est par pure formalité, et, une fois que je vous aurai dit, Monsieur, que je ne suis pas dupe… que ma clairvoyance remonte au jour où vous avez suivi votre gracieux Télémaque en des endroits de plaisir… je n’aurai plus qu’à retourner auprès de ces dames… Je suis rarement ridicule… du moins je le crois ; il m’eût été pénible de vous faire penser que je pouvais l’être. Simple nuance !… Maintenant que je l’ai fixée, en souriant, croyez que je me déclare enchanté de vous avoir ce soir à dîner. Vous êtes placé à côté de cette charmante comtesse Stéphanie. La place vous convient-elle ?


LIGNIÈRES.

Je ne laisserai point passer l’occasion que vous