Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


menades depuis son abdication ! Elle est, ma foi, d’une grande activité. Sur le yacht, elle se lève quelquefois à cinq heures.


MADAME DE MARLIEW, (montant sur un rocher.)

D’ici on les verra peut-être.


LA COMTESSE.

Tenez, les deux yachts, dans le port, on les distingue très bien. À droite, celui de votre fille.


MADAME DE MARLIEW, (rectifiant.)

Du prince ! vous voulez dire.


LA COMTESSE, (avec un soupir.)

Oui, si vous voulez ! celui du prince… Comment s’appelle-t-il, le yacht ? Je ne me rappelle déià plus.


MADAME DE MARLIEW.

L’Atalante !


LA COMTESSE.

L’Atalante, c’est vrai ! Et le yacht royal le Cydnus… Deux beaux noms ! Nous vous savions dans les eaux siciliennes, on vous avait signalés, mais nous vous croyions à Syracuse ou à Taormina. Ça été une joie pour Son Altesse de revoir sa jeune protégée.


MADAME DE MARLIEW.

Regardez cette tache rouge, à droite.


LA COMTESSE.

Oui, on les distingue… Ils en ont encore pour dix bonnes minutes. (Le voiturier est revenu.) Faites-lui traire cette jolie chèvre… la plus blanche…


MADAME DE MARLIEW.

Vous ne voulez pas de ce breuvage ?