Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 6, 1922.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA DUCHESSE.

À quatre heures précises.


LE DUC.

Il en est trois. C’est plus de temps qu’il ne m’en faut.

(Diane entre.)


Scène V


LE DUC, LA DUCHESSE, DIANE


LE DUC.

Avance… Je t’avertis que je ne supporterai pas une minute de plus ton attitude… J’exige certains renseignements que ton silence obstiné s’est refusé à avouer. Tu vas me les donner immédiatement… Sois tranquille, nous ne perdrons plus de temps à te reprocher quoi que ce soit… Je n’ai désormais qu’à te poser deux ou trois questions pour m’éclairer sur la situation, et tu vas y répondre… J’ai absolument besoin de savoir si quelqu’un est au courant de votre intrigue… Si vous avez pris un confident quelconque… fût-ce un domestique… j’ai besoin de le connaître.


DIANE.

Non. personne.


LE DUC.

Pas même Madame de Bellines ?


DIANE.

Non. Ni Madame de Bellines, ni une autre.


LE DUC.

Tu le jures ? Personne ne vous a surpris, soupçonnés ?