Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 6, 1922.djvu/146

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DE CHARANCE.

Justement, Madame, voilà où je voulais en venir. Dans mon effondrement, moi, je n’ai plus qu’une idée : que notre honneur s’en sorte avec le moins d’atteinte possible. Je vous propose une solution légale, amiable…


FANNY.

Je ne comprends pas, que voulez-vous dire ?…


DE CHARANCE.

C’est très simple. Puisque vous abandonnez, dites-vous, complètement la partie et renoncez à tout espoir, mettons-nous, socialement, en règle. Divorcez ! Quel que soit notre sentiment de tristesse, je crois que ma femme, comme nous, consentirait à sauver l’honneur de la maison et de sa fille. L’union de ma fille à son séducteur ne serait plus qu’une demi-honte, qu’un demi-désespoir.


GASTON.

Mon père a raison.


FANNY.

Vous en avez de bonnes, vous !… Tiens, parbleu, je comprends ça ! Et moi, là-dedans ?…


GASTON.

Mais, Madame, n’est-ce pas vous-même qui, à l’instant, parliez de renoncement ?


FANNY.

Renoncer, oui… mais divorcer au bénéfice de votre fille ?… Ah ! non, par exemple, non, vous n’y pensez pas ! Ça se lit dans les romans, ces choses-là, cher Monsieur. Me voyez-vous… pour le bonheur de celle qui me l’a pris…


DE CHARANCE.

Oh ! bonheur…