Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 6, 1922.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FANNY.

Il est là, oui, à côté… en train de terminer une affaire avec un avoué. Mais il sera à vous dans quelques instants, si vous le désirez… D’ailleurs… (Elle cesse son tapotage, va à la porte de droite et l’entrouvre.) Tu es encore occupé avec Monsieur Rivet, mon ami ?… Non, non, rien… Tout à l’heure… Une visite…

(Elle referme la porte.)

GASTON.

Je ne veux pas le déranger.


FANNY, (classant les papiers sur la table.)

Comment va Madame de Charance ? Et votre père ?


GASTON.

Très bien, je vous remercie.


FANNY.

Je suis horriblement en retard avec eux. Nous avons été si occupés, ces temps-ci…


GASTON.

Je ne savais pas que vous aidiez votre mari dans ses affaires ?


FANNY.

Oh ! c’est-à-dire… figurez-vous… je me suis amusée jadis à apprendre la sténographie et, quelquefois, je prends des bribes de plaidoiries. Nous classons tout cela ensemble. (Un silence.) Votre sœur va bien ?


GASTON.

Merci… Mais je sens que je vous importune…


FANNY.

Pas le moins du monde, je vous assure… Je