Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 6, 1922.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FANNY.

Et je te sauve ! (Restée seule, elle se compose vivement une attitude, prend un block-notes, met un crayon entre ses dents, et va dans l’antichambre pour ouvrir elle-même la porte.) Tiens, Monsieur de Charance ! Bonjour, cher ami, comment allez-vous ? Entrez donc, je vous prie.



Scène III


FANNY, GASTON


FANNY.

Vous permettez, je suis à vous dans une seconde, je voudrais achever de transcrire un petit bout de phrase… Nous ne vous attendions pas.


GASTON.

En effet… D’ailleurs, moi non plus, chère Madame… Je ne m’attendais pas à vous trouver ici.


FANNY, (tout en faisant fonctionner la machine à écrire, comme si elle achevait un travail.)

Mais cela m’arrive souvent d’aider mon mari… Je m’occupe beaucoup de ses travaux. Débarrassez-vous donc, je vous en prie… Nous avons envoyé le garçon de bureau en courses.


GASTON, (froidement.)

Je ne fais qu’entrer et sortir, je vous remercie…


FANNY.

Vous aviez pris rendez-vous avec mon mari ?


GASTON.

Pas le moins du monde. (Un temps.) Monsieur Armaury est là ?