Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ARNHEIM, (regardant la cigarette de Pierre.)

Oh ! oh !… Pour quelqu’un qui fume du « caporal » !… Eh bien, mettons quarante-cinq mille ! Vous pourrez vous payer les allumettes avec…


BERNIER.

Non !… non… Jamais de la vie ! (Il offre une cigarette à Arnheim.) Du caporal.


ARNHEIM.

Merci !… J’aime mieux mes cigares.

(Pendant qu’ils allument.)

LOLETTE.

Il a un accès d’aliénation mentale… Lui qui n’a jamais rien vendu à un marchand de tableaux !… Qu’est-ce qui lui prend ?


CHAILLARD.

Le sens des affaires qui lui pousse instantanément dans le ventre.


LOLETTE.

Je n’ai pas cent francs pour la semaine et je dois seize cents francs au crémier ! Il est fou !… Je vais lui dire.


CHAILLARD.

Non, non, retenez-vous.

(On la retient par la jupe.)


BERNIER, (à Arnheim.)

Croyez-moi, je me connais… Je ne marcherai pas pour quarante ni cinquante… Si vous voulez une première affaire, elle sera de soixante mille… Pas un sou de moins.