Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sous, pétrole compris, pour le ménage… Ah ! mon Zonzon !… que je suis contente !… Ouf !… Et il ne l’aurait pas volé !… Il est si courageux… si bon… si doux !


SUZON.

Tu l’adores, hein ?


LOLETTE.

Si je l’aime ?… Je me demande comment j’ai pu vivre sans lui… C’est toute ma vie… Je voudrais tant qu’il soit heureux ! Quand il n’est pas de bonne humeur, je suis mal à l’aise… (Aux hommes.) Nous ne vous gênons pas ?


BERNIER.

Non… non…


SUZON.

Tu as mis ta robe du vernissage ?


LOLETTE.

Je n’ai que celle-là… C’est moi qui l’ai faite… j’ai acheté un solde de coupon épatant, elle n’est pas mal ?


SUZON.

Un peu excentrique, mais elle a du chic.


LOLETTE.

Oh ! tu sais, ça tient plutôt avec des épingles… (S’interrompant.) Allons, bon, ne regarde pas à gauche surtout.


SUZON.

Pourquoi ?


LOLETTE, (bas.)

Rouchard !