Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAILLARD.

Ah ! non, mon vieux… pas de blague !… Nous avons déjà assez de mal à gagner notre vie…


BERNIER.

Dire que Lolette n’a pas la moindre tendance à la maternité, et que sa sœur, sa mère…


SUZON.

Eh bien, quoi !… J’en suis à mon premier. Je n’aurai mon second que quand il aura sa troisième…


BERNIER.

Quoi ?


SUZON.

Sa troisième médaille.


CHAILLARD.

Ah ! bon ! C’était obscur ! Qu’est-ce que tu veux ? On ne peut pas faire un Suzon tous les jours… un tous les quatre ans, ça suffit bien…


BERNIER.

Près de quatre ans que vous êtes ensemble !…


CHAILLARD.

Cinq… mon vieux !


BERNIER.

Déjà !… le temps passe… Et nous, trois… pas, Lolette ?


CHAILLARD.

Ah ! c’est une famille, celle de nos maîtresses, où on avait le goût simple et patriarcal du collage… On a ces choses-là dans le sang.