Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/399

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


guée… (Elle embrasse encore ses enfants.) Bonjour, mes petits… Vous allez tous bien ?

(Elle les étreint. Elle regarde autour d’eux avec anxiété.)

FÉRIOUL.

Mais oui, pas mal, tu vois ; je suis en pleine réception scolaire ! je n’ai pas voulu déranger la fête.


CHARLOTTE.

Je crois bien, tu as très bien fait.


JEANNETIER, (se retournant.)

Je n’aurais jamais cru que vous arriviez par ce train-là, Charlotte. Je vous attendais ce soir, moi.


CHARLOTTE.

Bonjour, Frédéric.


JEANNETIER.

Très éreintée alors de votre petit voyage… Si j’avais su, j’aurais été vous chercher à la gare…


CHARLOTTE.

Vous êtes trop aimable.


FÉRIOUL.

Si tu veux monter dans ta chambre tout de suite ?…


CHARLOTTE.

Oui, je vais monter. Je crois que je me coucherai… À part ça, il n’y a rien de nouveau ici ?


FÉRIOUL.

Mais non… Attends, je suis à toi dans une se-