Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/388

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’écart des suffrages sera insignifiant, il suffit de quelques voix déplacées pour qu’il y ait un siège de perdu. C’est le seul siège républicain du département.


FÉRIOUL.

Pas de chance !


LE PRÉFET.

Jugez quelle tape pour moi et pour le gouvernement…


FÉRIOUL.

Oh ! pour vous…


LE PRÉFET.

Mais, pardon, vous êtes bon, il faut absolument que le candidat officiel passe. Ma première classe en dépend. Le ministre m’a dit : « Marchez à fond. Faites de la candidature officielle… »


FÉRIOUL.

Eh bien, vous en faites ! Qu’est-ce qu’il veut de plus ?


LE PRÉFET.

À Grasse même, le bureau du Comité départemental est en émoi, depuis ce matin… Mais oui… nous en sommes là… la réunion publique contradictoire aura lieu demain, qu’allez-vous répondre à Escarcasset ?


FÉRIOUL.

Sacré Escarcasset, va !


LE PRÉFET.

Il faut démentir ce bruit, mon cher, fortement…