Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DEREMBOURG.

Qu’est-ce qu’il fiche ici ?… Il est du Champ-de-Mars.


VIALA.

Il vient se montrer… tu es bête !

(À ce moment, Gréville, qui a pris, dans le fond, à droite, congé de Bernier, en s’en allant, reconnaît Viala.)

GRÉVILLE, (s’approchant.)

Tiens, comment vas-tu, monsieur ?


VIALA.

Et toi-même, monsieur ?


GRÉVILLE.

Vous complotez dans un petit coin ?


DEREMBOURG.

Sale Champ-de-Mars, va, qui vient nous chiner ! Tas de poseurs !…


GRÉVILLE, (petit salut avec un bout de gant.)

J’ai bien l’honneur, messieurs du bord-plat.

(Il s’en va.)

DEREMBOURG.

Oh ! là là… du bord-plat !… Comme s’ils n’en ont pas tout plein, comme ici !… Il est puant de prétention…


ROUSSEL.

Moi, il me dégoûte, cet animal-là.


DEREMBOURG.

Je trouve roide qu’ils viennent à la médaille