Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/329

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE TROISIÈME

La scène représente une pièce du rez-de-chaussée. Au fond, l’escalier intérieur, de bois, menant aux appartements. À gauche, le jardin. Grands meubles, téléphone portatif, etc., etc. Secrétaire et bureau. Au lever du rideau, Charlotte fait entrer du jardin, rapidement et sans bruit, Parizot, une serviette sous le bras.



Scène PREMIÈRE


CHARLOTTE, PARIZOT


CHARLOTTE.

Chut ! Personne… parlez, vous n’avez rien à craindre. Mon mari est à la Combebleue avec un homme d’affaires et ne peut pas être ici avant quelque temps. (Elle monte l’escalier, ouvre la porte.) Miss ? vous êtes encore là-haut ? Finissez ma chapelière et attendez-moi, je vais revenir tout à l’heure.

(Elle redescend ensuite.)

PARIZOT.

D’ailleurs, j’ai mon prétexte pour expliquer ma présence. Je viens apporter le montant de ma petite échéance à Monsieur Férioul. De votre côté, êtes-vous prête ?