Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/304

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JEANNETIER, (l’appelant.)

Venez donc ici, au contraire, venez… (Il montre les lettres du paquet.) Dites-moi vite… j’en ai besoin… pas de temps à perdre… ça, c’est la première lettre ?…


CHARLOTTE.

Oui.


JEANNETIER, (lisant.)

« Chère chérie »…


CHARLOTTE.

Oui… car ce qu’il y a de pire, c’est que je l’ai aimé, entendez-vous, comme une folle ! comme une bête ! huit jours entiers !… Allez, allez, prenez tout ça, c’est ma boue… c’est du cœur pourri… emportez !…


JEANNETIER.

Et là ?… Deuxième lettre ? Bon, des plaintes, toujours… La lettre du bijoutier… (Lisant.) « Les traites et la bague »… Quelle bague ?


CHARLOTTE.

Vous ne vous rappelez donc pas ? Mon diamant, un soir…


JEANNETIER.

Ah ! la bague égarée ?…


CHARLOTTE.

Il l’avait mise en gage !… évidemment…


JEANNETIER.

Ah ! la canaille !… Je vais vous tirer de là. Il