Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/270

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ARTANEZZO.

Oh ! alors, si tu le prends ainsi, reprends ça, vite ! Je ne veux pas que tu penses mal de moi ! Je ne veux pas perdre ton affection et aussi ton estime.


CHARLOTTE.

Mais pas du tout, du tout… Voyons, c’est la moindre des choses… Allez… allez…


ARTANEZZO.

À tout à l’heure, dans ma chambre… écoute… je…

(Il veut la prendre dans ses bras.)

CHARLOTTE, (avec un recul de tout l’être.)

Laissez-moi, je vous en prie. Mon mari va arriver. Voilà du monde. Allez-vous-en !


ARTANEZZO.

Non, parle-moi autrement… Voyons, mais, qu’as-tu ?


CHARLOTTE.

Laissez-moi, monsieur, laissez-moi !


ARTANEZZO.

Demain ?


CHARLOTTE.

Demain, oui… mais, partez, je vous en supplie… Quelqu’un ! Quelqu’un !

(Il se sauve. Restée seule, elle met sa main sur son visage, tombe sur le banc. On l’entend murmurer en sanglotant : « Quelle horreur ! Quelle horreur ! » À ce moment, le cri lointain : « Aoh ! hop ! » Elle se redresse lentement et répond : « Aoh ! hop ! » Un temps. Elle pleure, tassée.)