Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JAUBERT.

Te frappe pas. C’est les voix de Julian. Ils lâcheront au dernier tour… tu vas voir… Est-ce que c’est bientôt fini ?


DUMAS.

Je ne sais pas ! Il y a une cohue. On doit d’ailleurs entendre la sonnette du scrutin d’ici… (S’installant à leur table.) Bon diou… quelle chaleur !… Garçon, un bock, blonde… On se dirait à Mustapha… Un demi, oui… si vous voulez… je m’en contrefous !


LAFARGUE.

Dis donc, tu connais la gueule à Bernier ?


DUMAS.

Non.


LAFARGUE.

Là, regarde.


DUMAS.

C’est lui, à côté de la petite femme ? Rudement épatant, son truc, à ce garçon !… II n’aura pas la médaille parce que c’est un jeune, mais ce sera injuste.


SELLIER.

Va donc, s’il n’y avait pas eu cet article de Verselle, en première page du Figaro, pour réclamer la médaille, on n’y aurait pas fait plus attention qu’à Tartempion !…


LAFARGUE.

Réclamer est le mot… Et surtout le titre de l’article qui était rudement malin !… Quand ils lisent quelque chose qui s’intitule « un chef-d’œuvre », les idiots n’osent plus rouspéter.