Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LOLETTE.

Je pense que je voudrais être à votre place ! Comme vous serez heureuse !… Il ne m’a jamais aimée de cette façon-là.


LA PRINCESSE.

Mais puisque je vous le rendrai, je vous l’assure !


LOLETTE, (secoue la tête.)

Ah ! s’il n’y avait que vous encore, mais il y a lui… et lui qui ne m’aime plus… Un homme qui ne vous aime plus… songez donc !… L’amour, à deux, c’est terrible, ça marche au-dessus de tout… Quand on est seul, ce n’est plus rien.


LA PRINCESSE.

Mais puisque je vous promets d’être forte, de tâcher, de toute ma volonté, de résister…


LOLETTE.

Lorsqu’on aime Pierre, je sais ce que c’est : c’est pour la vie.


LA PRINCESSE.

Ne me découragez pas !


LOLETTE.

Ah ! quand une parole seulement suffit à vous décourager !

(Elles baissent les yeux toutes deux.)

LA PRINCESSE, (sur un mouvement de corps de Lolette.)

Voulez-vous que je vous aide ? Vous êtes mal ?