Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/148

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


décidés à ne pas céder, que nous sommes résolus à tout, au bruit, au scandale…


LE PRINCE, (l’interrompant, avec un geste délicat de retrait.)

Oh ! oh ! le vilain, le mauvais moyen !… Un conseil, avant tout : pas de bruit… le moins de bruit possible, au contraire !… Personnellement, je l’ai en horreur, et il ne fait que rendre mauvais service à celui qui l’emploie… Votre tactique me paraît détestable, madame, et la voie dans laquelle vous semblez vous engager, désastreuse et terriblement incertaine !… J’ai oublié de vous demander si la fumée vous dérangeait ? Merci… C’est toujours par la conciliation que l’on peut arriver à tirer parti, au contraire, des événements défavorables, et…


LOLETTE.

Je me demande si j’entends bien ! C’est vous qui me parlez ainsi !…


LE PRINCE.

Avec prudence, vous le voyez, avec prudence…


LOLETTE.

Alors, ça ne vous fait rien, à vous, que votre femme aille courir le guilledou ? Ça ne vous fait pas monter le sang à la tête ?… C’est vrai, je suis bête ! Il n’y a qu’à vous regarder pour se rendre compte de l’effet que ça peut vous faire !… Ah ! le bon billet !… Qu’est-ce que je venais chercher ici !… un allié !… je trouve…


LE PRINCE, (interrompant.)

Je suis très vieux, madame, et vous me devez le respect… (Elle s’arrête. Silence.) Je vous conseille, si vous ne voulez pas que je me lève