Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROUCHARD.

Boujour, cher… bonjour, madame…

(Et tout de suite, comme un invité, il se dirige vers l’atelier.)

LOLETTE, (à la princesse.)

Vous permettez, princesse, un mot à dire à mon mari…


LA PRINCESSE.

Faites… je peux fort bien entrer toute seule… J’aperçois Rolsini…

(Elle fait une entrée sensationnelle quoique discrète.)


Scène X


BERNIER, LOLETTE, puis ROUCHARD et le PRINCE DE CHABRAN


LOLETTE, (à Bernier.)

Rouchard ici ! Comment ? C’est toi qui l’as invité ?


BERNIER.

Oui. Qu’as-tu ce soir ?… Tu fais tout et tu prends tout de travers !… Pourquoi pas ?… C’était idiot à la fin !… On se regardait, lui et moi, comme des chiens de faïence, et on se rencontrait tout le temps… Alors, la dernière fois, à la Commission… nous nous sommes parlé… Je lui racontais mon installation… je n’ai pu faire autrement que de lui dire… « Viens donc un de ces samedis ; nous recevons après dîner, à partir de samedi prochain. »