Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène IX


LOLETTE, LA PRINCESSE


LOLETTE, (tout de sutte, vite.)

Dites, madame…


LA PRINCESSE.

Quoi ?…


LOLETTE.

Je vais vous paraître absurde et bien bête… pardonnez-moi… Est-ce que Pierre ne vous fait pas très assidûment la cour ?


LA PRINCESSE, (assise et feuilletant un album.)

Ce serait son devoir, il me semble.


LOLETTE, (très contractée, dans un émoi visible et grandissant.)

Évidemment… Je suis très embarrassée pour vous dire ce que je voulais vous dire ! C’est très risqué de ma part, je m’en rends compte !… Seulement, je me connais, quand j’ai le cœur qui bat, il faut que je parle… Ça sort tout de suite, malgré moi… On appelle cela de la franchise ; je crois que c’est un sentiment moins élevé, mais tout aussi rapide.


LA PRINCESSE.

Quel préambule !… Est-elle mignonne ! Dites, sans cette appréhension et sans ce trouble extraordinaire…