Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je n’aie eu l’idée d’appeler Morillot. Mais je me suis surpris aussi à penser : « Tiens, si j’allais voir la petite amie de ma femme ? » Je n’étais pas exempt d’une certaine curiosité… comment dirais-je ?… sentimentale… Vous comprenez ?… Vous ne m’en voulez pas ?…


GRÂCE.

Pourquoi vous en vouloir ?… grand Dieu !…


LECHÂTELIER, (lui tapotant les mains.)

À la bonne heure ! Il ne faut pas qu’une petite nature comme la vôtre ait à sentir une déchéance. (Se reprenant sur un mouvement de Grâce.)… déchéance toute matérielle, veux-je dire… vous ne vous méprenez pas sur le sens de mes paroles ?… Or, cette déchéance, vous pourriez y remédier sans peine, à l’aide d’une amitié clairvoyante… tendre…


GRÂCE.

D’un protecteur ?


LECHÂTELIER, (encouragé.)

C’est cela même…


GRÂCE.

Vous, par exemple ?…


LECHÂTELIER, (souriant.)

C’est un exemple.


GRÂCE.

Qui subviendrait peut-être à mes besoins sans rien changer à ma vie avec Monsieur Morillot ?… C’est cela que vous voulez dire ? Je ne me trompe pas ?…