Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/85

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne comptez pas sur l’avenir… C’est parfois à la femme, au contraire, à savoir être industrieuse. La vie de Paris est ainsi faite… Elle est féministe, la vie de Paris ! Elle offre à la femme mille ressources d’ingéniosité… Tout y est fait pour elle et pour lui faciliter les échelons à gravir… Surtout lorsqu’il s’agit d’une femme dans votre genre, ma chère enfant, — vous permettez que je vous appelle ainsi ? — de condition supérieure et qui doit fatalement souffrir de ce manque d’aisance… de confortable… peu digne d’elle…

(Il regarde la chambre.)

GRÂCE, (rougissante.)

Je n’en souffre que dans certaines circonstances, monsieur. Celle-ci est du nombre. Et il faut que je me rappelle que vous êtes le directeur de Claude, le patron, comme il dit, pour ne pas vous avoir demandé comme une grâce de me rendre à ma solitude…


LECHÂTELIER, (avec rondeur et câlinerie.)

Du tout, mon enfant !… Pas de façons avec moi… Je ne vois même pas votre intérieur… Je ne jette pas le plus petit coup d’œil… Si je vous donne un conseil, c’est que vous m’intéressez, je vous assure… Suzanne m’a raconté votre histoire ; elle n’est pas banale.


GRÂCE.

J’y compte bien !


LECHÂTELIER, (qui la fixe en souriant.)

En passant rue de Rivoli, je ne dis point que