Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CLAUDE.

C’est vrai, au fait !…


GRÂCE.

C’est pour cela qu’on nous a fait déguerpir le lendemain en nous disant qu’elle était retenue par un ministre plénipotentiaire !…


CLAUDE, (mangeant.)

Quel sale hôtel ! Dès qu’on pourra en changer… et ce sera bientôt…

(On fait du bruit à la porte.)

GRÂCE.

Qu’est-ce que c’est ?

(Claude se lève et va ouvrir.)

CLAUDE, (pâle.)

Grâce… lui !… C’est lui !…


GRÂCE.

C’est vrai ? Ah ! mon Dieu ! ça m’a fait un coup au cœur !…

(Ils restent fixes, comme béants, devant la porte que Claude tient ouverte.)

UNE VOIX DU DEHORS.

Monsieur Morillot ?


CLAUDE, (aimablement.)

Entrez ! Entrez donc ! C’est ici !