Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène II


Les Mêmes, EUGÈNE


EUGÈNE, (entrant avec un plat fumant dans le creux de la main.)

Bonjour, monsieur Morillot.


GRÂCE.

Il y avait au restaurant en bas un plat que tu aimes… J’ai prié Eugène de t’en faire porter une portion.


EUGÈNE.

Des haricots rouges !


CLAUDE.

Je n’ai plus faim ; mais, pour des haricots rouges, je ferai exception.


EUGÈNE.

Ça sent rudement bon ; l’escalier en est parfumé. La patronne en a reniflé dans son bureau… Sûr, elle va m’envoyer chercher une seconde assiettée… Et votre petite dame n’en mange pas ?…


GRÂCE.

Je n’ai pas faim.


EUGÈNE.

Faut se forcer à Paris ! Tout de même, vous avez meilleure mine que lorsque vous êtes venue ! On voit que vous vous la coulez douce… Permet-